Analyse technique : Retour sur Fabricio Camoes vs. Tommy Hayden

camoes

Ce vendredi 20 janvier, l'UFC organisait la rencontre de deux poids légers, Fabricio Camoes et Tommy Hayden, lors du gala "UFC on FX 1". Le combat ne dépassera pas le premier round mais sera suffisamment rempli d'action pour faire passer un bon moment aux amateurs de grappling et de MMA. Fabricio Camoes, ceinture noire troisième degré sous Royler Gracie, affrontait l'Américain Tommy Hayden dans un combat chargé d'action. Riddum (www.riddum.com) vous propose de le décortiquer ensemble.

Pour Fabricio Camoes, le plan de jeu était clair : chercher le sol, domaine où le combattant de Gracie Humaita devrait avoir un avantage conséquent. Méfiance tout de même car Tommy Hayden n'est pas un néophyte au sol, ayant remporté 5 de ses 8 victoires par soumission.

Après quelques échanges debout et des tentatives d'amenées au sol non concluantes des deux côtés, le Brésilien tente un ramassage de jambe, contré par le sprawl de Hayden. Camoes se relève et, toujours au clinch, tente de contrôler la tête de son adversaire, probablement pour enchaîner sur une projection typée Judo. L'Américain ne se fait pas prendre et en profite immédiatement pour contrer avec un mouvement classique de lutte (le duck-under) consistant à utiliser un underhook pour passer sous l'adversaire et le ceinturer depuis son dos. C'est une position très avantageuse permettant de projeter l'adversaire de différentes manières : souplesse, projections en sacrifice, etc.

A partir de cette position, le Brésilien ne prend pas de risques et va de lui même au sol, assurant sa position par un grip de type "kimura" (figure 4 grip) sur le bras gauche de son adversaire, et en ayant une sorte de demie-garde sur sa jambe droite. Le Brésilien espère probablement rouler dans un kimura/clé d'épaule mais son adversaire le voit venir. Ce dernier sécurise sa prise sur la cuisse gauche de Camoes et essaie d'étendre au maximum la jambe gauche du Brésilien, de manière à pouvoir finaliser un single-leg takedown.

Fabricio Camoes, constatant l'échec de sa stratégie, abandonne la position, poste un bras au sol afin de recréer une base au sol et se relève. Hayden en profite pour le repousser et reprendre le combat debout.

Après quelques échanges debout sans conséquences de part et d'autre (dont un high kick de Camoes qui rate sa cible), le Brésilien tente un coup de genou. Tommy Hayden saisit l'opportunité et amène le combat au sol. Dans la transition, Camoes en profite pour tirer une garde fermée. Le Brésilien contrôle bien son adversaire et peu de frappes passent. Hayden se relève dès qu'il le peut.

Le combat reprend debout. Le Brésilien tente de nouveau un highkick, brassant l'air devant lui. Son adversaire le copie, mais Camoes en profite pour plonger sur sa jambe d'appui et amène le combat au sol, contrôlant son adversaire par un solide grip sur son tibia droit.

L'Américain tente sa chance et essaie de prendre le dos de son adversaire, peine perdue car Camoes, bien conscient de la position dans laquelle il se trouvait, empêche Hayden de placer un second crochet et de sécuriser une prise de dos (back mount). Dans cette situation, le Brésilien n'est pas réellement en danger et peut continuer à travailler une turtle guard efficace.

A la seconde près où Tommy Hayden stoppe ses efforts pour placer son deuxième crochet, Fabricio Camoes contrôle son bras gauche et roule sur sa gauche pour renverser son adversaire.

Les deux combattants retombent au sol, Hayden contre le renversement en postant sa jambe gauche fermement au sol et revient contrôler Camoes. Le Brésilien réussit à sécuriser une demie-garde papillon (une demie garde avec la jambe extérieure en crochet papillon sous la jambe enserrée) puis revient par nécessité à une demie-garde plus classique.

Dans cette position, le but du passeur est de s'assurer que son adversaire ne puisse pas se tourner vers lui, en contrôlant la tête de celui-ci avec une épaule par exemple (cross-face). Le but du combattant en demie-garde est, logiquement, de se tourner vers son adversaire, de ne jamais se retrouver aplati au sol, sur le dos, position clairement défavorable pour lui.

On assiste alors à une bataille positionnelle entre les deux combattants, l'Américain tentant de mettre son adversaire sur le dos, le Brésilien tentant de créer de l'espace pour pouvoir attaquer depuis sa garde.

La bataille est finalement gagnée par Camoes. Celui-ci sécurise un overhook sur le bras gauche de Hayden et réussit à se tourner suffisamment vers lui pour remonter son genou gauche et l'insérer dans le creux du bras droit de son adversaire. Dans cette position, Camoes contrôle le combat, aucun ground-and-pound ne peut être effectué et son adversaire est dans une position délicate.

Le disciple de Royler Gracie attaque naturellement sur une omoplata que l'Américain tente de défendre, assez peu techniquement, en se relevant et en misant sur sa transpiration pour faire glisser la prise. Cette tactique fonctionne et c'est alors que Camoes poursuit son attaque en passant de l'omoplata à une garde De La Riva, tandis que son adversaire essaie de s'échapper.

Camoes opte pour un renversement classique de cette garde, le mouvement de Hayden amplifiant l'effet du renversement et le Brésilien arrive dans la garde de son adversaire pour lui asséner du ground-and-pound.

Hayden tente de créer de la distance entre lui et son adversaire pour l'empêcher de le frapper efficacement, mais Camoes le contrôle et l'Américain finit en tortue. Camoes passe dans son dos, saisit le cou de Hayden et le tire vers lui assez peu subtilement pour le renverser vers l'arrière. Il en profite pour passer les crochets. Camoes cherche à placer son grip de manière à étrangler Hayden tout en plaçant de légères frappes pour le faire réagir et créer des ouvertures.

 


Il est intéressant de noter qu'à ce stade du combat, le Brésilien croise les jambes dans sa prise de dos. Bien que sa position au début de l'action ne puisse pas occasionner de contre sévère en clé de cheville, Camoes s'expose plus franchement à ce type d'attaque peu après. L'Américain étant plus concentré sur la défense de l'étranglement, aucune tentative n'est à noter de ce côté là. Il faut cependant bien noter que Camoes ne se serait probablement pas fait avoir sur un contre aussi connu et était attentif à toute tentative de ce côté là, contrôlant les cuisses de son adversaire et pouvant donc sentir tout mouvement.

Au final, Camoes parvient à placer un étranglement respiratoire, variante du rear naked choke/mata leão et fait taper son adversaire. La soumission de Hayden ne semble pas assez visible pour l'arbitre, bien que celui-ci commence à s'affaler dangereusement sur le sol, le Brésilien en profite pour passer sur un "RNC" classique, Hayden tape plus franchement et l'arbitre arrête le combat.

Camoes gagne donc par soumission au premier round dans un combat passionnant à regarder.


Article de Ckaa pour Riddum.com.
Photo : Tracy Lee

Merci d'aimer Riddum sur Facebook et de suivre Riddum sur Twitter. Tous nos articles y sont partagés.

A lire également :

Analyse technique de Riddum : Retour sur Mir vs. Nogueir

Les coulisses de l'UFC on FX 1 avec Dana White (vidéo-blog)

Rediffusion de l'UFC on FX 1 'Guillard vs. Miller' (vidéo)

UFC on FX 1 : Conférence de presse post-fight (vidéo)

Interview : Dana White parle de l'UFC on FX 1, FOX 2, Chael Sonnen, Georges St-Pierre (vidéo)

UFC on FX 1 'Guillard vs. Miller' : Highlight avec finalisations (vidéo)

UFC on FX 1 : Interviews de Jim Miller, Josh Neer et Pat Barry (vidéos)

UFC on FX 1 : Bonus

UFC on FX 1 - Jim Miller vs. Melvin Guillard : Soumission par rear naked choke (gifs)

Josh Neer vs. Duane Ludwig : Soumission par guillotine (gifs)

Pat Barry vs. Christian Morecraft : KO (gifs) - UFC on FX 1

Jorge Rivera prend sa retraite du MMA (vidéo)

UFC on FX 1 : Résultats et live stream vidéo

UFC on FX 1 'Guillard vs. Miller' sur Dailymotion (live stream video)

___________

Si vous souhaitez partager cet article Riddum sur un autre site, merci d'indiquer l'URL de cet article. analyse technique ufc, ufc fx 1, camoes vs hayden, analyse bjj, analyse jjb, jiu jitsu bresilien, grappling, judo vs bjj, resultats ufc on fx 1

HEADER

Riddum.com
0Riddum.com24-01-2012 04:13#1
Merci à Ckaa pour cet article, ça donne envie de revoir le combat pour saisir toutes ces subtilités.
Joe Aleksander
0Joe Aleksander24-01-2012 04:34#2
Beau boulot, article super intéressant.
vroden
0vroden24-01-2012 07:06#3
J'avais loupé ce combat, ben je vais me rattraper, en tout cas merci beaucoup Ckaa, comme toujours interessant et bien écris ;-)
MattvonK
0MattvonK24-01-2012 09:37#4
Ce serait pas mal d'avoir des gifs pour illustrer, sans quoi les commentaires (très intéressants !) restent un peu abstraits
VOV4EVER
0VOV4EVER24-01-2012 17:23#5
Merci à toi Ckaa toujours très intéressants tes articles. En ce qui me concerne pas mal de subtilités m'échappent lors de la première vision d'un combat car je me laisse emporter par mon enthousiasme. J'ai toujours besoin de le revoir au moins une fois plus "à froid". Es-tu dans le même cas ou bien as-tu tout de suite cet esprit analytique que l'on perçoit aisément dans tes articles ?
Vmot1
0Vmot124-01-2012 21:47#6
J'ai toujours l'impression de " regarder " un autre combat à lire Ckaa, non pas à cause d'une vision dissidente mais bien sûr incomplète, donc merci à toi pour ces éclaircissements.
J'ai du appeler google à la rescousse pour visualiser et rendre plus accessible certains passages, j'ai d'ailleurs dévoré un très bel article sur un forum à propos d'une garde spécifique.
L'auteur s'appelait Ckaa.
Don merci à Ckaa d'avoir traduit certains passages de Ckaa.
Ckaa
0Ckaa25-01-2012 06:51#7
Vov,

Un peu des deux en fait. La plupart du temps quand je regarde un combat, je le regarde de manière un peu schizophrène: en tant que fan et en tant que pratiquant. Ce qui veut dire que grosso modo, j'apprécie le combat (ou pas, dépend du combat lol) mais je reste toujours à l'affut de choses rares ou techniques principalement au sol. Si je repère des éléments qui me font dire "ah, il y a du lourd", je regarderai le combat plus en détail quitte à le revoir après "à froid".

Typiquement, dans le cas de Camoes Hayden, j'ai vraiment tilté quand Camoes amène Hayden au sol et que celui-ci tente de prendre son dos. La façon dont Camoes défend le crochet est typique d'un bon niveau de jiu-jitsu car il est complètement conscient de ce qu'il fait et de ce que son adversaire ne doit pas réussir à faire, le tout dans les petites étapes de transition.

Quand ensuite il enchaine sur la garde De la riva pour contrer Hayden qui s'enfuit, j'ai été conquis car c'est une chose qu'on voit très peu en MMA. De mémoire j'ai très peu vu de De la riva ces derniers temps (les seuls combattants l'ayant utilisé efficacement dans des galas majeurs ces dernières années étant Aoki et Oliveira, de ce que j'ai pu voir)

Donc effectivement après ça, je suis généralement plus attentif à ce qu'il se passe dans les détails et je revois le combat après à froid.

Par contre, il est clair que je cherche vraiment à décortiquer les combats quand je fais les articles, je les regarde des dizaines de fois, parfois image par image pour savoir vraiment ce qu'il se passe. Surtout pour les phases de lutte d'ailleurs car les phases au sol, bon, je connais relativement bien, ça me demande moins d'effort mais la phases nerveuses d'amenées au sol et de contres (ce que les américains appellent, abusivement, "scrambles") demandent plus d'efforts.

Le sol c'est quelque chose qui est, par nature, analytique. Là où le standup c'est principalement du réflexe conditionné et du timing (la technique de base n'étant pas franchement si sophistiquée que ça) le sol est plus un enchevêtrement de techniques liées les unes aux autres et quand on regarde un combat, notre vision va fortement diverger avec celle d'une autre personne suivant notre background et nos connaissances.

J'aime bien envisager le grappling comme un système de boites noires (une analyse systémique en fait). On sait que tel type de technique se contre "généralement" par telle technique ou tel positionnement, eux même ouvrant la voie à telle chose ou autre. Ce qui fait que lorsqu'on connait assez bien une position, on sait ce que l'adversaire peut faire et ce que l'attaquant cherche à faire. Du coup la vision "externe" est assez facile car on comprend le système référentiel dans lequel le combattant est.

Un exemple pour illustrer: Je suis en demie-garde avec un genou en protection (le fameux knee-shield) contre le torse de l'adversaire, maintenant la distance. De cette position je sais que je vais soit chercher un renversement direct (parmi l'une des 150 techniques à disposition, peu importe) soit chercher à avoir un underhook du côté de la jambe prise. Avec l'underhook, on est dans une autre position, un autre système à partir duquel on peut chercher à prendre le dos, si l'adversaire défend, on peut renverser direct, si l'adversaire cherche à se lever, on peut passer en deep-half guard, ainsi de suite...

Du coup, plus on connait le sol et plus on connait de positions et de mini-systèmes ce qui fait qu'on a plus de références auxquelles s'accrocher quand on regarde un combat. Et du coup (pour enfin répondre à ta question), la vision analytique du combat est immédiate car, en tant qu'observateur extérieur, on voit très bien ce qu'il se passe et on peut arriver à légèrement prévoir chaque action et ses résultantes (donc du coup on est légèrement en avance sur l'action et on la comprend mieux).

La difficulté est que le sol est très très technique et que c'est un apprentissage sans fin. Il est clair qu'un combat que j'ai vu il y a 2 ans ne m'apparaitrait pas de la même façon aujourd'hui, tout comme mes articles de cette années me paraitront imprécis dans quelques années, des choses qui m'auront échappées, par manque de connaissances et de références.

Une chose amusante d'ailleurs, à l'ADCC de cette année, le premier combat de Cyborg m'a parut époustouflant, un cas d'école car il a soumis son adversaire en moins d'1min 30 en ne faisant que dérouler son système de Tornado Guard (demie garde inversée). Connaissant assez bien son système pour l'avoir travaillé moi même et l'utilisant régulièrement en combat, ce que j'ai vu dans son combat était une bete application de sa méthode de demie-garde: demie garde, saisie de la cheville prise par le bras, passage en garde inversée, renversement échoué, tentative de triangle, juji.

Et tout ça est assez immédiat car je partageais le même système de référence que Cyborg et pouvait prédire les réactions de son adversaire et celle de Cyborg car il suivait scrupuleusement son système (qu'il avait lui même décortiqué dans un DVD hein)

Je trouve que le grappling et le jiu-jitsu sont franchement des disciplines grandioses quand à la pédagogie qui peut etre développée et la façon dont les choses sont et doivent etre abordées. A mon avis, cette vision par système n'a pas d'égal dans le sport et les art martiaux. Même le judo est la lutte sont différents, à mi-chemin entre l'analytique du sol et le réflexe conditionné des arts de percussion.

C'est là qu'on se rend compte, qu'intellectuel lement, le MMA est loin d'être un sport de bourrin.

Vmot1,

lol

Oui j'ai un peu pollué tout l'internet français avec le jiu-jitsu ;-)

Je vois de quel article tu parles, il faudrait d'ailleurs que je pense à le mettre à jour un de ces 4...

Merci en tout cas!

MattvonK,

Oui, c'est ce qu'on essaye de faire en général (enfin, surtout Thomas, j'avoue être assez fainéant là dessus) mais les gifs ne sont pas toujours disponibles hélas, surtout quand il s'agit de combat qui sont plus ou moins "discrets" (Camoes Hayden n'est pas franchement Mir Nogueira niveau marketing...)
Vmot1
0Vmot125-01-2012 15:32#8
@ Ckaa,

Un petit conseil cependant, si ce n'est pas déjà fait je t'invite à enregistrer tous ces articles, les archiver.

Ils représentent un temps de travail accumulé conséquent, et autant par plaisir, qu'une éventuelle nécessité future, c'est important selon moi de ne pas laisser certains écrits succomber aux lois inaliénables de l'oubli.
J'ai archivé plusieurs années de travaux sur le net ( tout comme toi, articles sur un domaine spécifique ), et cela m'a été bien utile pour la suite ).
Bonne continuation et merci encore.
VOV4EVER
0VOV4EVER25-01-2012 16:14#9
Ckaa merci pour ta réponse détaillée. Elle me rassure un peu car je fonctionne un peu de la même manière (avec moins de références et de pratique donc beaucoup moins de subtilités bien sûr). Sinon je suis d'accord avec toi pour moi le mma est très loin d'être un sport de bourrins.

A l'époque où je l'ai découvert il était diffcile de se faire une "formation technique" (quasiment aucun support en France) et je me souviens avoir regardé certains combats des dizaines de fois (comme Newton/Saku par exemple) pour essayer de comprendre ce qui se passait réellement. Aujourd'hui c'est donc un réel plaisir de lire un article si didactique quelques jours à peine après un gala :-)
Ckaa
0Ckaa26-01-2012 14:31#10
Vmot1,

Oui tu as raison, je le fais pour Riddum mais c'est vrai que je ne l'ai pas toujours fait, particulièremen t pour l'article que tu cites plus haut. J'en ai d'autres d'ailleurs du même accabit qu'il faudrait que je récupère pour archives. Bien vu! Merci!

Vov,

C'est clair que ça parait un peu "magique" comme ça. Personnellement à l'époque où le MMA m'est parvenu, j'étais à fond dans le kick et je ne regardais pas trop le MMA, je trouvais ça chiant quand ça touchait le sol, K1 4ever! Comme quoi... Bon ok, faut dire que c'était l'époque où le K1 n'était pas une grosse blague non plus...

Sinon, pour la "compréhension" du sol, le soucis c'est que malgré la vision systémique qui peut s'acquérir par habitude, par théorie (aidée ou non), il y a quelque chose qui est fondamental dans le sol et qu'on ne peut que très mal décrire: le jeu de pression.

Tout comme en standup il y a un monde entre la puissance d'une frappe avec une structure forte ou une structure déconnectée, le sol est encore plus flagrant. Au sol, tout se résume à maintenir "sa base" (une forme de structure du corps permettant de rester stable). Ryan Hall différencie la "base" de l'équilibre, définissant l'équilibre comme étant ce qu'il reste quand la base n'est plus là (ça ne parle pas immédiatement mais j'ai presque vu ça comme une révélation lol).

Au sol, le but est de garder ou de supprimer la base de son adversaire, tout la notion de contrôle est assujettie à cet objectif. Parfois le contrôle positionnel sera assuré par une grosse pression (du type torse contre torse avec immobilisation des hanche dans la garde fermée, typique "lnp") parfois ce sera plus subtil (en side-control où différents points de contrôles sont possibles).

Du coup dans chaque position-systèm e, il faut prendre en compte à la fois les liens avec les autres positions mais également le contrôle effectué, la pression mise, etc...

La base et la forme de corps est ce qui fait justement la force du jiu-jitsu, c'est ce qui fait qu'un léger de 70kg pour peser en "ressenti" sur son adversaire comme en faisant plus de 100kg, c'est ce qui fait qu'on peut utiliser des points de leviers, se déplacer en contrôlant l'adversaire et en empêchant que celui-ci se relève, etc...

Quand j'écris les articles j'essaye, autant que possible, de parler de ce jiu-jitsu "invisible" à l'oeil nu (concept chers à Rickson et Braulio Estima par ailleurs), car c'est celui-ci qui fait que les techniques fonctionnent.

La différence entre un pratiquant et un humble amateur c'est que si on leur montre la même technique en vidéo, seul le pratiquant saura la faire correctement car il "verra" ce jiu-jitsu invisible tandis que l'amateur restera juste dans le mouvement, sans en comprendre vraiment le sens.

C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles un système comme celui de la Rubber Guard d'Eddie Bravo parle beaucoup aux débutants et aux non pratiquants. La forme est très visible et il y a, finalement, assez peu de jiu-jitsu "invisible" derrière (il y en a mais c'est beaucoup moins flagrant que dans des systèmes comme la de la riva ou la garde papillon).

Le mouvement semble assez compréhensible pour un non pratiquant et il peut fonctionner assez bien dans la pratique.

Ce qui est assez amusant de constater c'est que bien qu'Eddie Bravo soit très très populaire chez les fans de MMA, en jiu-jitsu, le monde pro a pris la direction inverse, des gars très fines, en apparence très "ouvertes" et qui font justement la part belle au jiu-jitsu invisible que les néophytes ne voient/ne comprennent pas.

Et la compréhension de cet invisible jiu-jitsu fait la progression justement.

Et accessoirement, c'est peut être la partie la plus difficile à comprendre et à enseigner (peut être même ce qui différencie une ceinture blanche d'une bleue typiquement)

Ajouter un Commentaire

Tout commentaire jugé hors-sujet, trollesque, injurieux, diffamatoire, émanant d'un double/triple compte, spammant (double/triple commentaires, pub non-sollicitée, etc.) est susceptible d'être supprimé par l'équipe de modération. Les infractions répétées d'un intervenant entraîneront son bannissement du site.


Code de sécurité


Rafraîchir