Freddie Roach défie les probabilités et célèbre ses 50 ans

roach-freddie-jacketBien que Freddie ait travaillé avec 25 champions, l'argument le plus convaincant pour le déclarer meilleur entraîneur au monde, est fait par le meilleur boxeur au monde, Manny Pacquiao. Depuis qu’il est arrivé au club Roach’s Wild Card, Pacquiao a conquis six de ses sept titres de champion - de poids mouche à poids welter - et a acquis une grande efficacité de la main droite. Aucun combattant n’a accompli ce qu'il a accompli sous l’égide de Roach.

« Racontez-moi une histoire de boxeur, et trois fois sur quatre, elle finit tragiquement. » Freddie Roach n’avait pas l’air d’être l’exception, surtout le soir du 24 octobre 1986 au Massachussetts quand il a combattu pour la dernière fois. Roach était 39-12, mais il avait perdu quatre de ses cinq derniers combats. Son adversaire, David Rivello – « bon type, mais rien de spécial » selon lui, était 9-0.

« Dans le deuxième round, j’ai commencé à penser à ce que j’allais faire après le combat. Aller au restaurant ? Peut-être une fête. »

« Irish » Freddie Roach – qui est en fait canadien francophone – a finalement perdu par décision majoritaire à l’issue des 10 rounds. Il a remercié ses fans, et a fait l’annonce officielle, en disant à l'animateur, « Vous ne me reverrez plus jamais sur un ring. »

Quand il est rentré au vestiaire, son père l’attendait. Paul Roach était un ancien champion anglais en poids plume, un homme violent, mais que son fils admirait. Après tout, « Il m’a appris à me battre » a confié Freddie.

« Que s’est-il passé ? » a demandé son père.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? a répondu Roach.

« Comment pouvais-tu être aussi bon et finir comme ça ? »

« Va te faire enc**** » a lancé Freddie.

C’était la dernière fois qu’il voyait son père. Freddie lui a parlé une fois après ça, l’appelant de Las Vegas quelques mois plus tard.

« Qui est-ce ? »

« Freddie. »

« Je ne sais pas qui vous êtes. »

« Ton fils… le boxeur. »

L'Alzheimer avait déjà emporté la mémoire de son père. Paul Roach - 29-5 qui avait fini sa carrière en gagnant par décision majoritaire après 10 reprises - avait 54 ans. Il ne lui restait plus que quelques mois à vivre.

Freddie s’est mis à boire. Un jour, tandis qu’il se disputait avec sa partenaire. « Est-ce que tu me dis 'non' ? » a-t-elle demandé. « Ou est-ce que tu trembles encore ? »

« De quoi tu parles ? »

« Tu trembles tout le temps. »

C’était le début de Parkinson.

C’est pour cette raison que ce cinquantième anniversaire est une formidable histoire de boxeur. Elle s’est passée vendredi dernier au Palm à Hollywood. Celui qui ne pouvait même pas être chauffeur de bus a payé pour les 80 invités. Il y avait du steak, du saumon, des plateaux de crevettes et du vin à volonté.

Freddie n’avait jamais organisé de fête pour lui. Mais comme il dit : « Je n’ai jamais pensé que je dépasserais 50 ans. »

Je lui ai demandé s’il pensait à son père ce soir là.

« Oui » a-t-il répondu. « Et je pense qu’il aurait été très content pour moi. »

 

Source : foxnews.com, mixedmartialarts.com

HEADER

AliK
0AliK11-03-2010 10:38#1
Cool.. Je connaissais pas son histoire.

Il étiat pas exceptionnel en tant que boxeur mais c'est clair qu'il est le meilleur coach en anglaise au monde.
Quote
ThomasV
0ThomasV11-03-2010 10:49#2
J'attends avec impatience le match Pacquiao/Clottey (ce samedi).
Quote

Ajouter un Commentaire

Tout commentaire jugé hors-sujet, trollesque, injurieux, diffamatoire, émanant d'un double/triple compte, est susceptible d'être supprimé par l'équipe de modération. Les infractions répétées d'un intervenant entraîneront son bannissement du site.


Code de sécurité


Rafraîchir

 
 

Derniers commentaires